LES CANCERS DE LA PEAU

Les connaitre pour les prévenir

Les tumeurs de la peau sont des pathologies fréquentes. Si, fort heureusement, ils sont souvent peu agressifs, certaines formes  sont de réels dangers. Ils touchent principalement les personnes âgées, ce que l’on peut comprendre lorsque l’on voit les facteurs de risque. Mais connaitre ces facteurs permet justement de réduire le risque d’avoir ce genre de pathologie.

 

Une pathologie fréquente

 

Savez-vous que le carcinome cutané est le cancer le plus fréquent ? Cela montre l’importance de ce type de problème de peau.

La forme que l’on retrouve le plus est celle que l’on appelle le carcinome baso-cellulaire.

Puis vient le carcinome épidermoïde. Il est aussi important de connaitre le mélanome car il peut être menaçant. Sans rentrer en profondeur dans les caractéristiques de chacun d’eux, il est important de savoir qu’ils partagent les mêmes facteurs favorisants.

 

Facteurs de risque de cancer de la peau

 

Il y a certains facteurs sur lesquels nous n’avons pas la main : le vieillissement de la peau, une prédisposition génétique, une maladie endocrinienne chronique, une maladie inflammatoire chronique. Mais si ces facteurs ne sont pas modifiables, il est important de les connaitre pour que leurs porteurs fassent d’autant plus attention à se prévenir des facteurs évitables.

 

Parmi les facteurs dont on peut se prémunir, l’exposition aux rayons UV A. Il faut donc se protéger du soleil.

Il est important de réduire le risque avec des règles simples à mettre en place dès le plus jeune âge :

-           limitation des expositions durant les heures de fort ensoleillement,

-           protection vestimentaire adaptée,

-           usage répété de photo-protecteurs externes (écrans solaires) sur les zones découvertes.

 

Les autres facteurs d’importance sont le tabac, l’alcool, des carences nutritionnelles, une corticothérapie au long cours, certaines infections virales ou des carcinogènes chimiques comme l’arsenic ou le goudron.

 

Quels patients sont les plus à risques ?

 

Les carcinomes sont d’autant plus fréquents que le patient est âgé. Cela se comprend lorsqu’on se remémore les facteurs favorisants : le temps augmente l’exposition. De ce fait, ils surviennent surtout après 60 ans.

 

Ensuite, les prédispositions génétiques : il existe plusieurs types de peau et schématiquement, les plus claires sont les plus à risque. Donc les patients qui font facilement des coups de soleil, les cheveux blonds ou roux sont plus touchés par les dégradations de la peau.

 

Evolution des cancers de la peau

 

La plupart du temps, l’évolution est bonne dés lors qu’ils sont pris en charge. Les carcinomes bas-cellulaires, les plus fréquents, ne donnent quasiment jamais de métastase, c’est-à-dire des localisation du cancer à distance. Par contre il peut être localement invasifs. Il convient donc de les retirer.

Le mélanome lui a une potentielle gravité. Il peut donner des métastases et certaines de ses formes sont lourdement invalidantes voire mortelles..

 

La chirurgie centrale dans le traitement

 

Pour les carcinomes baso-cellulaire et épidermoïde, le traitement est quasiment exclusivement l’exérèse par chirurgie.

Pour le mélanome, la chirurgie reste le premier geste. Dans certains cas, on peut avoir à mettre en place un traitement par chimiothérapie ou immunothérapie, parfois ciblé à la zone d’atteinte pour limiter les effets indésirables.

 

Quand y penser ?

 

Le conseil d’un médecin, et notamment d’un dermatologue, est primordial pour poser le diagnostic. On retiendra tout de même quelques règles qui peuvent nous amener à être vigilant.

 

Les carcinomes peuvent être difficiles à reconnaitre

 

Ils apparaissent plutôt à un âge avancé. Sur une peau saine, exposée au soleil : donc le visage, le cuir chevelu ou les bras en sont souvent le siège. Ils peuvent être plus ou moins étendus et plus ou moins plans. Mais il faut retenir qu’une lésion sur la peau qui ne diminue pas doit faire consulter pour avoir l’avis d’un spécialiste. A noter qu’elle n’apporte la plupart du temps pas de douleur.

 

Le mélanome : l’alerte

 

Le mélanome ayant un potentiel plus dangereux, il convient de savoir le connaitre.

Deux éléments pour cela :

 

1-      La règle du « vilain petit canard » : chez les gens qui ont plusieurs nævi, ou grains de beauté, en voir un qui est clairement différent des autres doit interpeler.

 

2-      La règle du ABCDE : cette règle est pour les professionnels. Cela dit, la connaitre vous permet de vous sensibiliser à l’importance d’une auto-évaluation qui vous fera plus facilement consulter.

Nous disons donc qu’une lésion de la peau est suspecte lorsqu’elle présente une des caractéristiques suivants :

- Asymétrie

- Bords irréguliers

- Couleur inhomogène

- Diamètre ³ 6 mm

- Evolutivité soit une modification de la lésion

 

Pour être rigoureux, un seul critère n’est pas suffisant pour un professionnel, mais il doit suffire pour vous afin d’aller consulter un dermatologue. Car mieux vaut prévenir que guérir.

 

 

L’importance de faire attention à sa peau

 

Pour rester en bonne santé, il faut avoir des habitudes saines. La protection de sa peau en fait partie. Ensuite, comme nous le préconisons souvent dans notre article, la connaissance des problèmes de santé vous permet d’être actif sur leur dépistage. Alors soyons vigilants concernant des grains de beauté pas comme les autres…


Nous sommes entièrement conformes aux lois RGPD. Nous nous engageons à protéger vos données et à protéger vos droits à la confidentialité.